• Mail : contact@pixifood.com
04déc
2014
0
Featured
john-snow-2970435-1920x1080

L’Univers avant tout

La création d'un Univers et de ses patterns : le Trône de Fer.

theoryoffunOn a déjà eu l'occasion de parler des patterns, ces motifs qu'on a plaisir à identifier, former lorsque l'on joue. C'est, selon l’auteur de ‘A Theory of Fun’, là que réside le “fun”.

Aujourd'hui, regardons l'univers, cette chose qui précède, englobe, dépasse un jeu ou une histoire.

Dans quelle matière puise-t-on pour le construire? Comment a-t-il été construit pour Pixigarden ?

Puis on parlera des mécaniques et des patterns, qui transforment le grand corps mou de l'univers en histoire, en jeu.

Je prendrai le Trône de Fer comme exemple tout au long de cet article, ainsi que Pixigarden évidemment ! Cet article est une tentative d'explication, et de méthodologie pour créer un univers. Au moins, il vous apporte un peu d'eau au moulin de la discussion avec vos (petits) enfants à propos de Percy Jackson, Harry Potter, des Romans de la table Ronde.

Matière

Nous en avons déjà parlé, nous sommes des nains jugés sur des épaules de géants. Pour créer un univers, un auteur, un directeur créatif peuvent puiser dans plusieurs matières qui ont été nourries par les auteurs et créatifs avant nous.

J'adore la série des livres du Trône de Fer, car l'univers y est très riche, avec une histoire de plusieurs milliers d'années, des temps mythiques et des temps historiques. L'auteur y synthétise plusieurs matières et les ravive. Une matière est un bassin d'histoires, de motifs, de personnages archétypaux. Un auteur peut y puiser pour écrire et décrire son univers. La mythologie grecque est une matière. Percy Jackson a été écrit en puisant dans cette matière.

percyjackson4

Je rêve ou Hermès porte des Converse ? Quel subtil placement de produit…

Ces matières pour la littérature française sont:

  • la matière de Bretagne (qui raconte la formation et la défense d'un royaume, pollénisé par les récits de la grande Bretagne, par le biais des Plantagenets, par exemple, les Romans de la table ronde)
  • de France (les chansons de geste qui raconte l'histoire de France, les miracles chrétiens. Par exemple, la Chanson de Roland, Obéron, Indiana Jones),
  • de Rome (les récits de la mythologie gréco-romaine).

Une matière est inépuisable. En Chine, il semble que l'imaginaire puise sans l'assécher dans l'univers des 3 Royaumes.

Les matières peuvent être liées à l'origine ou se polléniser.  L'univers arthurien du XIIe siècle raconte souvent comment un chevalier va désenchanter une Terre pour la ramener sous l'influence du Roi. Ce qui n'est pas sans rappeler ce que raconte les premiers westerns : la conquête. Avec un personnage central: le chevalier- cowboy.

Galadriel... Daenerys lui ressemble étrangement.

Galadriel… Daenerys lui ressemble étrangement.

Le ‘Seigneur des Anneaux’ a créé une nouvelle matière, basée sur celle de Bretagne et probablement sur des récits folkloriques.

‘Harry Potter’ puise dans cette matière ainsi que dans celle de Rome.

‘Le Trône de Fer’ puise dans les 3 matières. D'une manière magnifique. La matière de France inspire les récits de combat de Westeros et un héros aux prises avec l'Autre Monde (John Snow), ou les couleurs jouent un rôle essentiel. La matière de Bretagne et ses forêts enchantées scintille dans la neige des sous-bois du Nord et où ce qui parait n'est pas ce qui est. La matière de Rome et de Bretagne inspirent Walyria : ses Dragons, son héroïne Daenerys. Mais résumer ces inspirations en quelques phrases ne rend pas justice au travail de l'auteur, qui nous offre un univers d'une richesse inégalée.

Univers

A partir d'une ou de matière(s), il peut créer un univers.

Pour cela, il faut choisir un point de vue. En effet, l'univers est la tension entre la magie et ce qui est perçu comme ‘réel' par le ou les héros. Le Mur dans ‘Le Trône de Fer’ représente cette coupure de sens, de règles: cette coupure sémiotique. Au théâtre, il est entendu qu'entre le public et la scène, il y a une coupure imaginaire : ce qui se passe sur scène appartient a un autre temps, un autre lieu. On peut choisir d'y entrer physiquement, à ses risques et périls.

melficient

En voulant prendre le point de vue de la « méchante », Disney a tout gâché. Alors qu’un unique plan magnifique dans le dessin animé original nous montre la méchante marâtre seule et triste. Cela suffisait à tout expliquer.

Lorsque cette coupure est en danger, la tension renait et l'histoire peut commencer. C'est d'ailleurs ainsi que commence ‘Le Trône de Fer’ : avec des personnages qui s'aventurent de l'autre cote du Mur et le surgissement des Autres, qui peuplent autre cote du mur et menacent de le traverser pour surgir dans le monde. Si le récit était écrit du point de vue des Autres, nous ne serions plus dans le même univers. D'ou une sensation étrange lorsque, dans la série télévisée, on nous donne à voir le point de vue des Autres.

En revanche, le récit est extrêmement riche car il est raconté du points de vue de multiples personnages, mais qui ne sont pas des Autres. Finalement, plus notre monde à nous devient global, plus nous sommes prêts à voir des points de vue différents dans les histoires, plus les personnages sont complexes au lieu d'être simplement méchants ou gentils. L'Autre se déplace.

Dans Toys Story, on adopte avec bonheur le point de vue des jouets.

Physique

Pour que l'univers devienne un monde dans lequel des personnages agissent, il faut lui attribuer une physique.

Pour que le lecteur ou le joueur s'imprègne de ce monde, il faut lui fournir des sensations. Ces sensations procurées par le monde physique: odeur, gout, couleur, toucher. Dans le Trône de Fer, une grande place est donnée aux description des repas, aux matières (description de tissus, objets,..), aux odeurs.

Archétypes

Les personnages sont inspirés des archétypes qui peuplent les matières. Ils incarnent la tension de l'Univers.

daenerys

Daenerys est une Galadriel qui a accepté l'Anneau de Pouvoir : les dragons. Ca craint.

Daenerys est verticale. Son ascension fait renaitre le mythe en faisant renaitre les Dragons.

John Snow: garant de la coupure horizontale entre le monde des Autres et celui du Royaume, il est capable de passer d'un côté et de l'autre et de rassembler les hommes. C'est un chevalier.

Bran: capable de passer d'une nature a une autre (c'est un Shapeshifter).

Sa mère, son frère finissent “coincés entre deux états”.

Les personnages sont aussi aux prises avec une tension: entre le désir et la mort, entre les frontières extérieures (le mur par exemple), ou intérieures (la capacité de passer d'un corps a l'autre).

L'histoire des personnages est une tension entre le désir et la mort (le célèbre couple antithétique Eros et thanatos).

Patterns

C'est la que le pattern intervient. Sans lui l'univers serait un grand corps mou. Le narrateur du Trône de Fer fait agir ses personnages en leur susurrant une chose : ‘tu vas perdre ce que tu chéris le plus au monde'.

Ned a peur de son honneur. Et effectivement le perd.

Sa femme a peur de perdre ses enfants. Et effectivement…

Tyrion adule son père. Au point que…

Cersei veut protéger ses enfants. Aux dépends de toute lucidité.

Et il y ceux qui n'ont rien à perdre et n'accordent pas beaucoup d'importance à leur ego : Daenerys, John.

Mécaniques de la magie

Je m'inspire de la lecture de ce livre.

Je m’inspire de la lecture de ce livre.

La magie ici est fantastique: c'est l'Autre, qui vient de l'Ailleurs et appartient à l'Autrefois (on n'entend parler des White walkers que dans les vieilles histoires que racontent les nourrices comme la vieille Nan).

C'est cette hésitation fantastique: qui sont les white walkers, comment les vaincre qui initie le Trône de Fer.

Les mécaniques viennent après. Nous en parlerons dans la suite de cet article.

Ainsi si pour s'amuser on veut créer un univers en famille et écrire des histoires on peut suivre cette petite méthodologie;

  • choisir une matière,
  • un point de vue,
  • une physique,
  • des archétypes,
  • lister des motifs et des mécaniques que nous expliquerons dans le prochain article,
  • les organiser en patterns (nous y reviendrons aussi).

Si je prends Pixigarden (qui en est encore au stade du grand corps mou):

  • l'univers s'inspire des mondes dans les nuages, du paradis (qui ont inspire Oz, histoires chinoises et bouddhistes, contes folkloriques de l'Europe de l'Est, le Haricot Magique, l'échelle de Jacob, Mary Poppins), la matière est donc assez vague, mais avérée,
  • le point de vue est celui d'Adélaïde et de son grand-père, avec le surgissement d'un monde magique dans leur ‘réel' (d'où l'image choisie pour la page principale de ce site ! L'histoire peut commencer à ce moment précis)
  • c'est un jardin d'eau (gazeuse, liquide, solide) et de lumière (qui doit être cohérent, on ne vas pas y faire pousser des plantes comme sur Terre)
  • les pixis sont des génies des forêts et des jardins transposés dans cet univers fait d'eau.

Finalement, on se rend compte que Pixigarden a beaucoup de faiblesses. Que l'Univers y est encore immature. (A suivre)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire